Christian et Annick sont chauds !

vendredi 8 septembre 2017
>> Christian veut se venger de l'affront que lui a fait le mari d'Annick, il met du temps à la séduire puis un jour en la consolant il l'invite à monter chez lui et là tout commence entre eux deux << . Un jour je me suis attrapé avec son mari au sujet d'une peccadille, il m'a traité de tous les noms et là mon sang de breton n'a fait qu'un tout, je me suis juré de bien l'humilier et de le rabaisser à son rang de sous-merde....... Depuis pas mal de temps je cherchais comment m'y prendre et l'inspiration m'est venue en croisant sa femme un matin dans le jardin. C'est vrai qu'elle me plaisait malgré son air ou plutôt c'est son air sévère de maitresse d'école qui m'attirait. Les lèvres pincées, une moue hautaine, son visage aux joues bien rouges faisant ressortir ses yeux bleus magnifiques m'attiraient. Femme mature aux formes rebondies, une belle paire de cuisses, des fesses semblant fermes sous son jeans, une belle paire de seins que l'on voyait poindre sous son t-shirt, tout çà me donna une idée peut être saugrenue mais bon, un bon breton têtu comme je le suis, ne peux que suivre son idée et la mienne était de mettre au bout de ma queue le corps d'Annick car tel est son prénom.
Je mis beaucoup de temps à la séduire, à la courtiser à chacune de nos rencontres, je ne voulais surtout pas la brusquer de crainte de la voir filer et refuser mes avances. Enfin le grand jour est arrivée lorsqu'un jour encore dans le jardin le croisais la mine triste et lui demandais la cause de son état. Elle me répondit qu'elle s'était attrapée avec son connard de mari, je la consolais comme je pus tout en lui parlant tendrement, je lui pris la main tout en m'approchant d'elle et la tenait serré contre moi. Elle ne recula pas, ma voix douce, chaude, mâle semblait la calmer et je profitais de cet instant pour lui relever la tête et la fixant tendrement de mon regard de séducteur, je posais mes lèvres sur les siennes et lui donnais un baiser tendre et plein d'amour. Mes mains se portèrent ensuite sur sa poitrine et là sentant ses seins lourds dans mes mains, j'eue une érection subite qui ne pouvait attendre. Je lui pris la main et la conduisit jusqu'à chez moi. Je la fis passer devant moi pour grimper l'escalier de bois menant à mon logement, pour qu'elle évite de partir après réflexion et aussi pour voir son cul devant moi remuer sous son pantalon en montant les marches.
Dès qu'elle fut dans le couloir, je fermais à double tour la porte d'entrée et la conduisait immédiatement dans ma chambre. Là n'y tenant plus je l'embrassais à pleine bouche, nos langues s'emmêlaient, des envies sauvages nous prirent tous les deux, je lui ôtais son t-shirt ainsi que son soutien-gorge, deux seins lourds, blancs, flasques mais étourdissants s'offrirent à mon regard, je les prix entre les mains, les massait, les pelotait avec tendresse et douceur car elle me dit qu'elle appréciait la douceur, je les portais à mes lèvres et les suçait, les tétait, les léchait comme un malade, elle poussait des gémissements jouissifs me faisant comprendre qu'elle appréciait fortement mes caresses................. Ensuite je lui descendis son jeans, lui enlevais sa culotte et lui bouffait la chatte avec toute l'avidité d'un homme qui n'avait pas touché une femme depuis pas mal de temps, elle m'avoua par la suite que son mari ne la touchait plus depuis longtemps suite à des problèmes d'érection et donc elle avait autant envie de moi que moi d'elle
N'y pouvant plus, je lui bouffais la chatte à grands coups de langue tout en lui pelotant ses deux seins magnifiques, je bandais comme un cerf je montais sur elle et sentis les mains d'Annick présenter à l'entrée de son sexe mon gland qui par une légère pression pénétra rapidement dans son sexe qui était bien lubrifiée par sa cyprine qui coulait de sa chatte.
Je la limais tout en lui roulant des pelles d'enfer tant j'avais envie d'elle et la baisais comme un gamin de 16 ans qui connais sa première expérience. Je ne pus retenir longtemps ma liqueur et lui expédiait au fond de son sexe de longs jets de mon sperme longtemps retenus par mes envies de la posséder entièrement. Je la serrais contre moi et l'embrassant tout ne lui demandant si elle avait apprécié notre premier contact...... Oui Christian me répondit-elle Humm c'était super bon ..... Mais un peu rapide excuse-moi Annick mais j'avais trop envie de toi, le temps de recharger et je vais te montrer comment baise un breton aimant posséder une femme telle que toi. . Je ne mis pas longtemps à récupérer et recommençait à bien la piner, la limer, le besogner très, avec toute la tendresse que je pouvais lui offrir et pendant ce temps mes mains nerveuses lui caressaient le corps en entier, ses seins, son ventre, ses fesses, son dos tout était bon pour prendre possession entièrement de ma nouvelle conquête et tel un conquistador découvrant une nouvelle terre, je prenais possession d'Annick tout en pensant à son connard de mari que je cocufiais avec fierté. . Elle gémissait entre mes bras, elle fermait les yeux afin de mieux apprécier mes caresses, parfois son visage tournait à droite et à gauche sur l'oreiller démontrant son extrême satisfaction d'être possédée par moi, elle redressait aussi de temps en temps son buste en poussant des soupirs amoureux plus sonores en me disant qu'elle allait jouir et moi je relâchais un peu mon étreinte pour la baiser encore plus longtemps... Ses mains passaient derrière ma tête et ses doigts s'enroulaient autour de mes mèches bouclées............. nos bouches collées l'une à l'autre salivaient de plaisir, je songeais à notre premier baiser lorsqu'Annick serrant les dents avait tenté en vain de refuser mon premier baiser mais mon insistance avait eu raison de son faux refus d'être embrassée par moi....................
J'éjaculais une nouvelle fois en elle, sa chatte dégoulinait de mon sperme chaud, elle ouvrit les yeux et nos regards se croisèrent, elle me sourit et je l'embrassais à nouveau.....nous étions bien tous les deux, nous discutions de choses et d'autres et comme je voulais surtout me vider les couilles et bien la contenter comme le doit faire un amant à sa maitresse, je la pris en levrette avec mille précautions car elle avait peur d'avoir mal, je la baisais ainsi, elle remuant sa croupe pendant que moi je l'a limais en cadence, c'est à ce moment dans la cour que nous entendîmes son cocu rentrer et appeler ce qu'il pensait être encore sa femme.........Annick eut le désir de se retirer mais je la retins fermement et tout en lui pressant les seins entre mes mains je la baisais avec plus d'ardeur en la faisant couiner (excuser le mot) plus fortement, je bandais à ce moment comme un malade, je ne voulais pas la lâcher et je savais que cela allait durer très longtemps ayant déjà éjaculer deux fois en elle..... Je sentais qu'elle voulait effectivement prendre la fuite alors je desserrais mon étreinte et pendant qu'elle se redressait, je la couchais sur le lit, lui écartais les cuisses et me plaçait sur elle en position de missionnaire, faisant pénétrer de force mon sexe excité dans sa chatte tout en lui maintenant fermement les mains au-dessus de sa tête. Je la baisais ainsi à grands coups de queues pour bien lui faire comprendre que son mec dorénavant c'était moi... elle tenta de résister mais peu de temps après elle se laissa aller et finis par jouir en poussant de petits cris jouiss0ifs significatifs, je lui relâchais alors les mains qu'elle porta derrière ma tête et elle m'embrassa une nouvelle fois à pleine bouche et je pus finir de lui faire l'amour comme je le désirais et elle aussi bien entendu.

►► DÉCOUVREZ-NOUS SUR SELFIEDEFOLIE

Commentaires

  • georges13

    Bref encore un mito qui s’invente une histoire

  • Eric

    Mdrrrrr

  • serge87

    et bin ducon moi il faudrait me payer pour sauter un tel boudin, tu parles la sous merde c’est toi serge actei@hotmail.fr

  • Corre Gilbert

    Hummm

  • anonyme de M…..

    En ayant lu votre histoire et la description des personnages et du logement, je pense avoir découvert qui se cache là dessous. En premier cela se passe dans l’ain La Dombes pour être précis, 2ème et là pour discrétion je ne mentionne que les initiales de vos noms toi c’est Christian F. et elle Annick N. Si je ne me trompe pas vous avez été très discret l’un et l’autre car personne n’a deviné votre liaison. De plus je dois reconnaitre que tu as dû te régaler avec les formes assez généreuses d’Annick. Si un jour tu lis ce message répond moi tout simplement en me disant si mes déductions sont fondées ou non Merci

  • Christian F

    bonjour je ne sais pas qui tu es mais tes déductions sont bien fondées mais te demande alors beaucoup de discrétions;

  • Gregoire

    Booooooooooof

L'accès à ce site est interdit aux mineurs

(RS 311.0 article 197 du code pénal)
Avertissement