Blog sexe amateur libertin de la sexy Julia

 

Blogdefolie est le blog sexe le plus coquin du net avec ses plans cul, ses contributions amateurs et webcam.

  - Julia
19829 Articles publiés
517340 Commentaires à ce jour
20826 Abonnés à la newsletter
209 Connectés au blog

La ferme du sexe

► Partager

Je me suis rendu aujourd’hui chez une copine dont les parents possèdent une ferme.
J’y allais pour voir la nouvelle portée de chatons de sa petite chatte.

En fait, je voulais lui prendre un chaton pour l’offrir à ma petite sœur. Une fois arrivé sur place, j’ai retrouvé mon amie. Elle portait un chemisier blanc largement décolleté avec une jupe noire très serrée, très près du corps. Véronique, c’est son prénom, a de très beaux yeux verts en amande, une poitrine assez volumineuse mais ferme et une croupe juste assez rebondie. Au total, on peut dire qu’elle a un physique qui pourrait en exciter plus d’un.

Nous avons commencé à marcher vers la grange derrière sa maison afin de voir les chatons, objets de ma visite. Arrivés dans le bâtiment nous avons aperçu les petites bêtes. Véronique, assise sur une botte de paille, a pris un des bébés dans les mains. Je dois avouer qu’à ce moment j’avais plus le goût de baiser que de regarder s’éveiller des chatons. Je ne regardais plus les jeunes félins. Mon regard oscillait lentement entre les seins et l’entrejambe de mon amie. J’avais soudainement envie de lui faire l’amour, là, dans cette grange, au milieu des résidus de paille. Je la regardais attentivement et elle s’aperçut que j’observais ses seins. Elle me fit un sourire et je l’embrassai doucement. Elle semblait aimer ça et ne me repoussait pas, au contraire. M’enhardissant un peu, j’ai donc laissé libre curs à mes pulsions.

J’ai descendu lentement ma main dans son entrecuisse et je l’ai glissée délicatement vers sa chatte poilue. J’étais en train de faire tournoyer ma langue contre la sienne dans sa bouche pulpeuse lorsqu’elle empoigna d’un geste vif mon membre déjà bien dressé dans mon pantalon. Elle semblait sage à première vue mais, à ma grande surprise, j’ai constaté qu’elle avait beaucoup plus d’expérience que ne le laissait paraître son attitude d’habitude réservée, presque timide. Elle me masturbait très bien, faisant glisser la peau de ma bite sur le gland violacé, tendu à l’extrême.

De mon côté, j’étais occupé à lui enlever sa petite culotte de coton afin de pouvoir mieux entrer mes doigts dans sa chatte. Une fois son léger sous-vêtement disparu, j’ai réussi à introduire mon index et mon majeur dans sa caverne intime complètement trempée d’excitation et de désir. J’entamais un léger va-et-vient qu’elle semblait apprécier à sa juste valeur. Elle soupirait légèrement en continuant de me masturber la queue avec raffinement.

Ensuite, je décidai de passer aux choses sérieuses. Mon membre était décidément très dur et je voulais absolument voir ses seins depuis un bon moment. J’ai donc fais glisser son décolleté et son soutien-gorge afin de pouvoir masser ses grosses tétines avec mes mains. Visiblement, elle aimait beaucoup ça. Cédant aux caprices de son corps, elle écarta les jambes et s’appuya le dos contre la botte de foin afin que je puisse la pénétrer de toute la longueur de ma verge, superbement érigée au bas de mon ventre. Sa chatte humide m’invitait à passer à l’action.

Après l’avoir pénétrée sans brusquerie inutile, j’ai entamé un langoureux mouvement de va-et-vient. C’était chaud et humide. Elle soupirait et semblait apprécier le roulement coordonné des vagues de nos hanches. Son corps était chaud et ses seins, dont j’aspirai alternativement les tétons pointus, délicieux. Mes mains empoignaient son derrière pour accroître la puissance de ma pénétration. C’était bon et ça dura un bon moment, avant qu’elle ne se décide à goûter mon membre avec sa bouche.

Véronique me repoussa légèrement en me gratifiant au passage d’un regard prometteur. Elle empoigna vivement mon membre, humecté de son liquide vaginal. Elle le léchait doucement et me regardait vicieusement, un sourire de cochonne au coin des lèvres. Elle se mit à me sucer avec délicatesse. Mon gland gonflait encore à l’intérieur de sa bouche et elle le sentait vivre en elle. Elle continuait de plus belle afin que je lui vienne dans la bouche mais ce n’était pas mon désir maintenant. Je préférais la mettre par derrière.

Je sortis mon membre de sa bouche de jeune salope et lui demandais de se mettre à quatre pattes. Elle s’exécuta rapidement et je vis son beau cul devant moi. Je pris mon membre toujours enflé dans ma main droite et le dirigeais vers sa chatte maintenant complètement ouverte. J’entrepris de faire coulisser mon manche avec une cadence régulière et elle commença à pousser de légers cris plaintifs qui ne faisaient qu’augmenter mon excitation. Lorsque je vis que j’allais venir, je me retirais et lui dis qu’elle pouvait goûter mon sperme. Elle me sourit et plaça elle-même ma queue dans sa bouche pour la seconde fois de la journée. Il ne fallut qu’un bref instant à mon liquide intime pour gicler au fond de sa gorge. Elle semblait vraiment savourer mon sperme, jouir de son goût et de sa consistance. Je ne pus, pour finir, m’empêcher de barbouiller son beau visage des dernières gouttes de mon jus.




A lire avant de poster votre commentaire: Vos commentaires doivent être respectueux, pas de spams, ni d'insultes. Vous pouvez adhérer (S'abonner par courrier électronique lien à la fin des commentaires) à la discussion et ainsi recevoir les réponses sur l'article que vous voulez suivre et les gens qui vous répondent.
Vous pouvez également joindre une photo à votre commentaire. Ne laissez pas votre email dans la partie commentaire mais juste dans le champs prévu à cet effet avec votre pseudo pour que les auteurs des annonces puissent vous répondre.
  • Chris

    Très jolie récit
    Ce genre de fille, que l’on aimerait la prendre à 2.
    Bisous à tous

  • jonathan

    trop malade hummm jembarque avec toi chris